iconsportvis2308161033-1
Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

À 34 ans, Sarah Ourahmoune a brillamment conclu sa carrière de boxeuse en décrochant une médaille d’argent aux JO de Rio. Une performance qui lui ouvre de nouvelles perspectives professionnelles.

Le 20 août dernier, au Pavillon 6 du Riocentro, « Badaboum » (le surnom de Sarah Ourahmoune) perdait en finale des Jeux, face à la Britannique Nicola Adams, dans la catégorie des – 51 kg. Opposée à la championne olympique en titre, la native de Sèvres s’était retrouvée menée 2-1 à l’issue de la troisième reprise et s’inclinait sur décision unanime des juges. « Cette finale était l’ultime combat de ma carrière », rappelle celle qui s’était assuré a minima une médaille d’argent après sa victoire sur la Colombienne Ingrit Lorena Valencia Victoria, en demi-finale. « C’est la dernière fois que je montais sur le ring. D’un côté, j’éprouve de la déception parce que c’est un échec d’avoir perdu. Mais je ressens également de la fierté, car je n’imaginais pas atteindre la finale. »

Effectivement, la licenciée du Boxing Beats d’Aubervilliers revient de loin. En 2012, Sarah Ourahmoune n’était pas parvenue à se qualifier pour les JO de Londres. Elle décide alors de mettre sa carrière d’athlète entre parenthèses afin de donner naissance à une petite fille et de suivre des cours d’entrepreneuriat à Sciences Po.

Pour lire la suite, cliquez ici pour commander le Sportmag n°92 d'Octobre !

Calendrier des articles

February 2017
Mo Tu We Th Fr Sa Su
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 1 2 3 4 5

Abonnements SPORTMAG

Abonnez-vous à SPORTMAG en version papier, numérique ou les deux.