actikids
Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Isolés entre les métiers d’accompagnement et de valorisation de nos concitoyens et ceux du haut des échelles techniques, financières et de ventes, les métiers dont les tâches essentielles peuvent être robotisées s’effacent.

Un effacement dont le secrétaire au travail de Donald Trump, Andrew Puzder, se régalait avant d’être contraint à démissionner après la découverte de l’emploi au noir d’une femme de ménage en situation irrégulière, alors qu’il refusait d’améliorer les conditions de travail des employés de sa chaîne de restauration rapide et qu’il affirmait avec cynisme que « les machines sont toujours polies, ne prennent jamais de vacances et ne sont jamais en retard ». Après avoir fait les beaux jours de l’industrie du 20ème siècle, ces métiers ont fait, sous l’impulsion de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique), l’objet de « flexibilité » et de « précarisation » qui ont été fréquemment à l’origine de nombreuses suppressions d’emplois.

La robotisation nous oblige à faire évoluer les savoir-faire des métiers susceptibles d’être détruits vers des savoir-faire où la créativité et l’innovation contribuent à une gouvernance plus performante des entreprises.

Une créativité et une innovation que Thomas Coutrot de « Attac » affiche en parallèle d’une recherche du « bien commun » dans un article du quotidien « Le Monde », du 19 janvier 2017, intitulé « Pour le plein-temps des intelligences » dont il estime qu’elles doivent amener les salariés à « œuvrer pour une mission utile à la société et qu’ils auront contribué à définir ». Mais une créativité et une innovation qui doivent également permettre une gouvernance bonifiée avec « une meilleure maîtrise des innovations technologiques et d’énormes gains d’efficacité économique et écologique ».

Une créativité et une innovation qui émanent en grande partie des pratiques sportives et culturelles qui ont été analysées dès janvier 2014 par « Sportculture 2020 » et qui sont décrites dans le chapitre « Société » de l’ouvrage « Vivre est le métier que je veux leur apprendre », accessible à la rubrique « Ouvrages » de www.sportculture2020.fr/wordpress.

 

Cette nécessité de développer des activités culturelles et sportives en accompagnement de l’éducation transparait aujourd’hui dans la plupart des travaux des chercheurs, y compris les travaux de mathématiciens comme Cédric Villani qui a obtenu en 2010 la Médaille Fields, considérée comme l’équivalent du prix Nobel en mathématiques. Dans un article du « Monde » du 4 janvier 2017, il affirme que « la créativité vient surtout de la capacité à intégrer beaucoup d’éléments émanant de son entourage, de discussions … c’est une affaire d’environnement, d’interaction avec les autres ».

Et pour associer les qualités développées opportunément dans les pratiques sportives avec celles développées dans les pratiques culturelles, il ajoute qu’il faut « se concentrer sur les secteurs que les robots ne sont pas près de toucher, c’est-à-dire ceux qui font appel autant que possible à nos neurones, ou à un travail de précision, ou à un savoir-faire dans lequel l’imagination, l’intelligence, la fibre artistique jouent un rôle important ».

Plus que jamais, l’acquisition des savoirs doit être associée à l’acquisition des qualités issues des pratiques sportives et culturelles : celles qui sont esquissées à l’école et celles qui sont mises en œuvre dans les associations sportives et culturelles.

 

Actikids

 

Le « Pacte opérationnel des ambitions citoyennes éducatives » mis au point par « Sportculture 2020 » et accessible sur www.sportculture2020.fr/wordpress développe un certain nombre d’objectifs affichés comme des ambitions naturellement accessibles par les collectivités territoriales.

Lorsqu’elles ont du mal à émerger au sein des collectivités, certaines de ces ambitions peuvent faire l’objet d’un début de mise en œuvre par des personnes responsables.

Lorsqu’elles ont du mal à émerger au sein des collectivités, certaines de ces ambitions peuvent faire l’objet d’un début de mise en œuvre par des personnes responsables.

Dans cet esprit, la nécessité d’un repérage des associations sportives et culturelles, pouvant être accessibles dans les meilleures conditions depuis les écoles de Montpellier, a fait l’objet d’un repérage par deux mamans, Margherita Orlando et Verushka Valsecchi, qui les ont répertoriées dans un site internet : « Actikids » www.actikids.net.

Le moteur de recherche que ces responsables ont mis au point permet d’accéder aisément par internet à des cours de théâtre, d’arts, de musique, de danse, de cirque,… ainsi qu’à un grand nombre d’activités sportives. Mais il permet également la recherche de structures ou d’initiatives qui soutiennent la parentalité au sens large (groupes de parole, café des enfants, soutien scolaire, …) que ce soit pendant l’année scolaire ou pendant les périodes de congés.

 

Par Jean-pierre Faye

 

Calendrier des articles

February 2017
Mo Tu We Th Fr Sa Su
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 1 2 3 4 5

Abonnements SPORTMAG

Abonnez-vous à SPORTMAG en version papier, numérique ou les deux.