tennis-marin-cilic
Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Pour sa 7e édition, l’Open Sud de France (5 – 12 février) s’offre un tableau de classe mondiale. Richard Gasquet, vainqueur à trois reprises, sera de la partie devant son public. L’ancien vainqueur de l’US Open, Marin Cilic, a également répondu présent à Montpellier où le niveau ne cesse de s’élever. Qui sont les têtes d’affiche, les surprises ou encore les outsiders ? Tour d’horizon avec l’œil expert de Sébastien Grosjean, directeur de l’Open Sud de France.

 

 

 

Marin Clic, la tête d’affiche

(28 ans, 6e mondial au 2 janvier)

C’est la deuxième participation de Marin Cilic à l’Open Sud de France. Le parcours du Croate avait été arrêté prématurément l’an passé par l’étoile montante du tennis, Alexander Zverev, en 16èmes de finale. Mais l’ancien vainqueur de l’US Open a connu une saison 2016 très riche. Bourreau de l’équipe de France en demi-finale de la Coupe Davis, il connaît sa première finale dans la compétition, son premier Masters 1000 à Cincinnati, son premier ATP 500 à Bâle, et son meilleur classement en carrière. Particulièrement à l’aise sur dur, le 6e mondial dispose d’une arme redoutable avec son service.

L’œil de Sébastien Grosjean : « C’est le seul vainqueur de Grand Chelem (US Open 2014), c’est donc vraiment un atout de l’avoir. Il a gagné Cincinnati l’année dernière, c’est un des rares à avoir battu Andy Murray, après Wimbledon ; ils n’étaient que deux avec Juan Martin Del Potro. C’est l’attraction internationale. »

Jo-Wilfried Tsonga, le grand retour

(31 ans, 12e mondial au 2 janvier)

Après une saison 2016 marquée par les blessures et un changement de geste au service, Jo-Wilfried Tsonga a connu des moments difficiles. Le Manceau s’est tout de même hissé en quart de finale à Wimbledon et à l’US Open, en demi-finale à Monte-Carlo et en finale à Vienne. Quart de finaliste à Doha en janvier, Jo-Wilfried Tonga a rassuré sur son niveau de jeu. Le 12e joueur mondial, bientôt papa, a su retrouver le haut niveau et s’est toujours senti à l’aise sur les tournois indoor en France.

L’œil de Sébastien Grosjean : « Je suis content qu’il revienne. Il a joué en 2010, et depuis il n’était plus revenu. C’est un joueur qui a été numéro 1 français pendant de nombreuses années, il a fait une finale de Grand Chelem (Open d’Australie 2008), a obtenu des victoires en Masters 1000 (Toronto 2014, BNP Paribas Masters 2008). Il a beaucoup de quarts et de demi-finales en Grand Chelem. C’est un joueur qui est très médiatique, donc c’est bien qu’il revienne enfin à Montpellier. »

Richard Gasquet, patron des lieux

(30 ans, 18e mondial au 2 janvier)

C’est celui qu’on ne présente plus à Montpellier. Double tenant du titre et vainqueur à trois reprises de l’Open Sud de France (2013, 2015, 2016), Richard Gasquet a trouvé son rythme de croisière à la Park & Suites Arena. Vainqueur de la Hopman Cup au côté de Kristina Mladenovic à Perth (Australie) en janvier, le Biterrois mise beaucoup sur la nouvelle saison, espérant éviter les blessures. En 2016, l’ancien protégé de Sébastien Grosjean s’était également imposé à Anvers et avait atteint les quarts de finale de Roland Garros pour la première fois de sa carrière. Le 18e mondial compte aller chercher une nouvelle victoire devant son public.

L’œil de Sébastien Grosjean : « Richard, c’est le régional de l’étape, il est chez lui. C’est bien évidemment quelqu’un que j’apprécie énormément, on a une relation particulière. Il répond toujours présent. C’est un tournoi qui lui tient à cœur. Il joue devant sa famille, ses proches. C’est un joueur qu’il faut avoir chaque année. »

Pour lire la suite, cliquez ici pour commander le SPORTMAG n°96 de février !

 

 

 

Calendrier des articles

February 2017
Mo Tu We Th Fr Sa Su
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 1 2 3 4 5

Abonnements SPORTMAG

Abonnez-vous à SPORTMAG en version papier, numérique ou les deux.